Traductrice agréée et pigiste professionnelle

Témoignage d'une traductrice pigiste

Je suis à mon propre compte depuis plus de 30 ans déjà, mis à part un court épisode comme employée auprès d’un cabinet de traduction client. J’avais alors d’excellentes raisons d’accepter le poste proposé - horaire plus régulier, sécurité financière, paix d’esprit. J’ai quitté au bout de six mois, incapable de trouver mon petit bonheur dans cette formule pourtant idéale pour la majorité. L­­­a pige, je suis tombée dedans quand j’étais petite!

 

Mais qui dit pige, dit recherche de clients, paperasserie administrative, manque de travail, insécurité financière, stress, insomnie, surcharge de travail… Dans le domaine de la traduction, la difficulté n’est pas tant de trouver du travail, mais de savoir gérer sa charge de travail. Des clients, il est relativement facile d’en trouver. Le « hic », c’est de ne pas finir par travailler sept jours sur sept, l’un des pièges les plus classiques du traducteur pigiste.

 

C’est malheureusement le lot de nombre de traducteurs traitant directement avec des clients, c’est-à-dire sans intermédiaire entre eux et l’entreprise ou l’organisme sollicitant des services de traduction. Comme le risque est grand que le client fasse définitivement appel à un autre traducteur s’il persiste à refuser des projets, le traducteur pigiste accepte les exigences d’un premier client, d’un second, puis d’un troisième… Parce qu’un travailleur autonome ne doit surtout pas mettre tous ses œufs dans le même panier, c’est bien connu! Il offre donc ses services à des entreprises privés, répond à des appels d’offres du gouvernement fédéral et d’organismes publics et lentement, mais sûrement, il obtient ses premiers contrats et commence à rouler sa bosse, souvent seul chez lui. Il crée ses propres outils d’aide à la traduction, mémoires, lexiques, banques terminologiques, gère ses comptes de taxes, perçoit ses factures, etc. Il gagne de mieux en mieux sa croûte, mais au prix de longues heures de travail.

 

Pourquoi traiter avec un cabinet de traduction? Finis la recherche de clients, les soumissions, la négociation de délais, l’alimentation de mémoires de traduction, la constitution de lexiques, la perception de factures. Les avantages? Des collègues à consulter et à côtoyer, l’appartenance à un groupe et l’esprit d’équipe, l’aide d’informaticiens, le paiement régulier des factures, une diversité de clients et de domaines, des vacances et des absences sans crainte de perdre un client, l’accès aux technologies et outils de travail du cabinet, et j’en passe. Le retour à une vie plus normale sans perdre votre liberté. En cabinet, souvent, la vie professionnelle – et la vie tout court – est encore plus belle. Qu’attendez-vous?

Vous pourriez aussi aimer...

Et pourquoi de nombreux traducteurs pigistes préfèrent-ils faire affaire avec une agence ou un cabinet de traduction?

Les petits « plus » qu'on garde pour nos employés.

Et vous qui croyez qu'être traducteur est routinier!

Travailler à Mégalexis

À travailleur d'exception, employeur d'exception. Les professionnels à la recherche de l’excellence ont leur place ici. 

 

Un seul clic vous mènera à une longue et fructueuse carrière.